En 2015, de grandes avancées pour nos métiers

Formation professionnelle, campagne de prévention des troubles musculo-squelettiques, classification des emplois… Les partenaires sociaux multiplient les initiatives pour faire avancer les métiers du commerce alimentaire de détail.

Un dialogue social constructif

L’année 2015 illustre une fois de plus le dynamisme de notre Branche professionnelle. « Les partenaires prennent le temps de se rencontrer au moins une fois par mois. Le dialogue social est fluide, on arrive toujours au consensus », constate Didier Pieux, secrétaire fédéral de la Fédération générale des travailleurs de l’agriculture, de l’alimentation des tabacs et des activités annexes (FGTA-FO). « Même si nous ne sommes pas toujours unanimes, les organisations syndicales de la Branche font en sorte qu’il n’y ait pas de blocage », confirme Elisabeth Chartier, secrétaire fédérale de la Fédération du commerce et des services CGT.

La formation professionnelle progresse

Dans le cadre de la réforme de la formation professionnelle, la Branche a ratifié fin février avec AGEFOS-PME (organisme paritaire collecteur agréé) un nouvel accord, instaurant notamment une contribution conventionnelle pour soutenir sa politique de formation ambitieuse. Le texte prévoit un versement de 0,15 % de la masse salariale pour les entreprises de moins de 10 salariés, de 0,60 % pour les entreprises de 20 à 50 salariés et de 0,70 % pour celles de plus de 50 employés. « Force ouvrière y voit le moyen de continuer à former un maximum de salariés qui ont choisi de s’orienter vers cette Branche », poursuit Didier Pieux. « Sur ce dossier, le consensus a été total : nous sommes tous bien conscients de la nécessité de favoriser l’évolution professionnelle, mais nous manquons encore de visibilité sur le Compte personnel de formation (CPF) instauré par l’accord », souligne Joël Chiaroni, secrétaire général adjoint de la Fédération CFTC des commerces, des services et de la force de vente (CFTC-CSFV). Ce que confirme Elisabeth Chartier : « Personne ne sait encore trop comment fonctionne le CPF. Il faut vraiment être motivé pour s’inscrire en ligne… ».

Poursuite de la campagne de prévention des TMS

Autre motif de satisfaction : notre campagne de prévention des troubles musculo-squelettiques (TMS), problématique de santé publique importante en France. Cette campagne avait été lancée en 2014 auprès d’un très grand nombre de commerçants et salariés de la Branche, afin d’évaluer leur santé et leurs connaissances des risques liés aux TMS. « En un an, 9000 salariés y ont répondu par téléphone, soit 24 % de l’ensemble de nos effectifs », précise Christel Teyssèdre, présidente de la Commission Nationale de Négociation. L’opération a été prolongée jusque fin 2015, pour lui donner le plus d’impact possible. Les salariés seront contactés jusqu’en décembre par courrier, SMS ou email et incités à se rendre chez un chiropracteur ou un ostéopathe pour localiser la source de leur douleur, la consultation étant prise en charge. » « Jusqu’où peut-on aller pour modifier les comportements ? Pour être pleinement efficace, cette campagne devrait aboutir sur de la prévention », nuance Elisabeth Chartier.

Des évolutions professionnelles à acter

Côté emploi, la classification des métiers, qui permet de les répertorier en fonction des compétences, connaissances et aptitudes requises, figure aussi à l’agenda de la Branche. « L’enjeu consiste à prendre en compte la diversité des activités professionnelles et des systèmes d’organisation ainsi que l’évolution des qualifications, ce qui sera mieux adapté à nos métiers, résume Christel Teyssedre. Ceux-ci ont beaucoup évolué : il faut le faire reconnaître, ce qui constituera un gage d’attractivité supplémentaire. »

En 2015, de grandes avancées pour nos métiers

Vos commentaires

Laisser un commentaire (Tous les champs sont obligatoires. Votre adresse email ne sera pas visible.)