Le CQP vendeur conseil en crémerie-fromagerie
vu de l’intérieur

11392856_804575952991966_1272488757983006181_n-(2)
Julien Thomas et Sophie Martinez, gérants de la fromagerie B.OF de la Martinière (Lyon 1er), Matthieu Saupin, apprenti formé à la fromagerie.

Sophie Martinez, 35 ans, cogère depuis un an la fromagerie B.O.F de La Martinière, à Lyon (69). Avec son associé, Julien Thomas, elle a pu concrétiser ses ambitions professionnelles grâce à l’obtention d’un certificat de qualification professionnelle (CQP) de vendeur conseil en crémerie-fromagerie. Témoignage.

Quel a été votre parcours avant l’obtention de vos CQP ?

Sophie Martinez : Julien, mon associé, et moi-même sommes tous deux issus de la promotion 2009-2010 de l’INFA où nous avons passé un CQP de vendeur conseil en crémerie- fromagerie. Avant cela, Julien travaillait dans l’urbanisme, et moi dans le secteur événementiel. Une fois mon CQP validé, j’ai pris en gérance l’affaire d’une connaissance qui travaillait aussi dans l’alimentaire, sans être spécialisé en crémerie-fromagerie. Je savais qu’avec Julien, nous avions la même dynamique de travail, et c’est donc tout naturellement que nous nous sommes associés pour lancer notre propre commerce en 2014.

Comment avez-vous entendu parler de ces formations ?

S.M. : À l’époque, je voulais valoriser mon DIF (droit individuel à la formation) et concrétiser mon rêve de travailler dans une crèmerie-fromagerie. Je me suis donc renseignée sur les formations existantes, et l’alternance m’a semblé être une solution idéale en raison de son approche « terrain »: elle permet de se former à un métier précis. J’ai lancé les démarches pour devenir auto-entrepreneur plus tard, par la force des choses.

Selon vous, qu’est-ce qui fait la force des CQP ?

S.M. : Le point le plus positif de la formation est clairement l’alternance, très enrichissante techniquement et humainement. Les cours sont dispensés par des professionnels qui connaissent les produits, ce qui rend la formation plus pratique et concrète. Nous avons aussi acquis des techniques pointues. Grâce à Matthieu, qui a rejoint la fromagerie après avoir obtenu son CQP en 2014, nous avons pu nous rendre compte que la formation a encore été développée pour répondre à des questions et des problématiques qui n’étaient pas forcément abordées par le passé.

Aujourd’hui, quel est votre moteur professionnel ?

S.M. : Notre métier répond directement à une passion pour les produits laitiers et le fromage en particulier. Les produits changent en fonction des saisons, il n’y a donc pas de routine ! Et le contact avec les producteurs et les clients est vraiment très agréable. Nos consommateurs sont aussi bien des personnes âgées qui vivent dans le quartier que des étudiants. C’est d’ailleurs très positif, car cela montre l’engouement des jeunes pour le fromage, qui est un produit plutôt traditionnel !


Fiches d’identité

Sophie Martinez

  • Avant 2010 : Travaillait dans le secteur événementiel
  • 2010 : Obtention d’un CQP vendeur conseil en crémerie-fromagerie à l’INFA de Lyon
  • 2010 : Prend en gérance l’affaire d’un professionnel du secteur alimentaire et la transforme en crémerie-fromagerie, la B.O.F de la Martinière
  • 2012 : Entrée dans la société de Julien Thomas, qui était dans la même promotion qu’elle,
    pour faciliter la gestion du magasin
  • 2014 : Après une brève fermeture de la crémerie-fromagerie, Sophie et Julien
    reprennent l’affaire en auto-entrepreneurs et réembauchent Mathieu, qui avait déjà
    été en alternance dans leur fromagerie.

Vos commentaires

Laisser un commentaire (Tous les champs sont obligatoires. Votre adresse email ne sera pas visible.)