Un dialogue social constructif
au service des métiers

Priorité au recrutement et à la fidélisation des employés ! La Branche de l’alimentation de détail développe des dispositifs pour optimiser en permanence les conditions de travail des salariés, et ainsi favoriser son attractivité.  Cette ambition se traduit par un dialogue social ouvert et une offre de formation professionnelle pléthorique. Témoignages des responsables syndicaux représentants les salariés de la branche.

Le commerce de l’alimentation de détail est certes un monde à part, aux contraintes horaires indéniables, mais toutes tendances confondues, les représentants syndicaux de la Branche s’accordent sur son dynamisme et la passion du métier qui anime les commerçants. Une vitalité qui se ressent dans les négociations syndicales. « Le dialogue est direct et constructif, souligne Joël Chiaroni (CFTC-CSFV/Commerces services et force de vente). « Nous partageons une volonté commune : faire avancer la profession dans toutes ses composantes sociales », confirme Didier Pieux, secrétaire fédéral de la FGTA-FO, pointant le fort capital confiance entre les partenaires sociaux. « Les négociations sont beaucoup moins conflictuelles que dans la grande distribution », constate Gérard Perrin (CFE-CGC).

Ici, la dimension humaine est primordiale. De fait, ce qui caractérise les employeurs de ce tissu de TPE, c’est leur proximité avec le terrain, d’où une sensibilité aux problématiques économiques et sociales, « notamment parce qu’ils ont aussi été salariés », poursuit Didier Pieux. « Cette branche est beaucoup plus active que d’autres branches dont je m’occupe. On ressent une envie commune d’avancer, même si nous ne sommes pas toujours d’accord. Il n’y a jamais eu de rupture de dialogue », constate Elisabeth Chartier (CGT Commerces et Services). « Les trois fédérations sont à l’écoute, mènent des actions de prévention et sont dans la défense du commerce de proximité », relève Joël Chiaroni. « Qui plus est, elles ont trouvé une manière efficace de travailler ensemble, créant ainsi un climat serein propice aux négociations », renchérit Elisabeth Chartier. Autre spécificité de la branche de l’alimentation de détail : « elle cherche à fidéliser ses salariés et à en faire venir de nouveaux. Ces forts enjeux d’attractivité contribuent à mettre les salariés en avant », analyse Gérard Sierpakowski (CFDT fédération des services). D’où l’importance accordée à la formation professionnelle. « Ce sont des précurseurs, surtout avec le nombre de CQP développés », relève Gérard Perrin.

Reste à populariser des métiers encore trop méconnus. « La communication est primordiale car tous ces commerçants sont des petits commerçants sans enseignes. Il est donc important d’informer au maximum les adhérents et d’entraîner tout le monde dans un mouvement de promotion des commerçants indépendants », note Joël Chiaroni. Rien de moins qu’un cercle vertueux.

Vos commentaires

Laisser un commentaire (Tous les champs sont obligatoires. Votre adresse email ne sera pas visible.)